C. Clavel est né à Saint-Germain-des-Prés. Au Dupont Latin il fait la connaissance de Sacha Strelkoff, et de Ferit Iscan qui l'entraine à compléter ses études de graphiste chez Souverbie, atelier de préparation aux Beaux-Arts.

 Fréquentant les cafés du Saint-Germain-des-Prés des années cinquante, où “tout le monde se rencontrait”, il fait la rencontre au bar “chez Moineau” de Villeglé, Hains, Wolman, et d'autres lettristes. En 1954 débute la guerre d'Algérie, il est mobilisé trois ans.

 Au retour, il retrouve tout ce monde; c'est l'époque des salons de Mai, de la Jeune Peinture, des Réalités Nouvelles; la mode est à la course aux prix: prix Pacquement, prix Jacquemart-André... les 2000 F du 1er prix du Dôme lui donnent l'occasion de voyager en Grèce. Dans cette course, beaucoup arrêteront de peindre avant l'âge de trente ans.

 C'est une époque de rencontres nombreuses dans les galeries, les expos, les salons de peinture, les bistrots, les diners de vernissage, “les troisièmes mi-temps”.

 Clavel n'ayant pas l'esprit sectaire, ses amis ont une grande diversité d'expressions picturales, ainsi Iscan et Wolman, très différents, se fréquentent grâce à lui.

 Quelques expositions ont été organisées dans cet esprit de complicité: les expositions Wolman et Clavel, dans le Gard, “Coeurs croisés” à la galerie Michèle Bernard , “Peinture sur socle” à la galerie Lara Vincy, “Dix sur vin” à la galerie Satellite.

Gil Wolman - Jacques Vimard - Jacques Villeglé - Sacha Strelkoff - Daniel Milhaud - Le Maréchal - Jacques Lagrange - Ferit Iscan - Serge Hélias - Raymond Hains - Alain Gauvin - François Dufrêne - Jacques Doucet - Rosita Dewez - Olivia Télé Clavel - Francis Bugnard - Aspremont - Yves Alcaïs

* * * * *

 En 1949 Clavel rencontre donc Sacha Strelkoff, qui fait du dessin politique et Ferit Iscan, qui entrera au comité de la Jeune Peinture.

 En 1952 il rencontre Wolman, qui fonde avec Debord l'Internationale lettriste, et abordera ensuite l'”art scotch”, et trois artistes qui œuvrent: “en signant une palissade ou un fragment de tôle gratté” (Raymond Hains), “en arrachant des palissades les affiches lacérées par les passants” (Jacques Villeglé), “en cadrant l'envers de ces mêmes affiches” (François Dufrêne). Il rencontre aussi Le Maréchal, graveur et peintre.

 En 1955 nait sa fille Olivia Télé Clavel, qui deviendra peintre, membre fondatrice du groupe Bazooka.

 En 1958, il rencontre Francis Bugnard, peintre abstrait, en 1961, Rosita Dewez, peintre classique, Alain Gauvin, abstrait, lyrique, et Jacques Doucet, qui fait partie du groupe Cobra.

 En 1964, Daniel Milhaud, peintre et sculpteur, en 1965, Jacques Lagrange, très actif à Aubusson, où il élabore une tapisserie moderne, il est par ailleurs le gag-man des films de Jacques Tati, et Serge Hélias, peintre abstrait, gestuel.

 Il a fait la connaissance des peintres Jacques Vimard en 1966, Yves AlcaÏs en 1990 et Aspremont en 1991.

L'exposition est un ensemble d'œuvres réunies par C. Clavel et les artistes, ou leurs proches.